Précedent

Le grand débat Linge

Suivant

Hervé André-Benoit, le père fondateur

Faktiss, entre ombre et lumière

Portrait

Le 23 mai 2017

Sur la carte du rap français, vu de l’hexagone, il y a eu Paris. Puis Marseille. À Montpellier, qu’on le veuille ou non, que l’on aime ou pas, le groupe Set&Match a été l’étendard du rap sunset et fumette pendant une petite décennie, même avant le phénomène Joke. Qui n’a jamais rythmé un barbecue, avec, en fond sonore, un envoutant “On dirait le Sud”, chanté par un charmant triumvirat composé de Jiddy, Faktiss et Bunk ? Selon les stats Youtube, vous êtes au moins 2,5 millions à l’avoir visionné. Mais, à l’instar de nombreux autres groupes, Set&Match s’est disloqué. Ou plutôt, le groupe a été mis de côté au profit des carrières solos. Depuis, chacun fait son bonhomme de chemin. C’est le cas de Faktiss, qui vient de tourner trois clips - tous disponibles en ligne -, qui joue de manière régulière au Candy Shop de Paris, qui prépare la sortie d’un EP et qui sera sur la scène de l’Antirouille le 24 mai en compagnie de Jossman. De Belém à Cayenne en passant par Montpellier, entre musique, cinéma et tatouage, portrait d’un homme pas si factice que ça.

Normal

Moyen

Grand

image de l'article Faktiss, entre ombre et lumière

C’est au Peyrou, une esplanade de trois hectares qui surplombe une partie de Montpellier, que nous avons échangé avec Faktiss, autour de bières au packaging vert foncé agrémenté d’une étoile rouge. Le temps était propice à la discussion en plein air, le soleil arrosant la ville. Puis, progressivement, le temps s’est assombrit, virant au gris orageux. Comme une métaphore du passage du Faktiss de Set&Match au Faktiss en solo. Autant Set&Match faisait la part belle au farniente et au chill, au soleil et à la sieste, autant Faktiss apparaît comme un artiste sombre, évoluant à moitié flouté sur ses clips. Une vision que l’intéressé ne nie pas : “Je voulais marquer la différence. Je ne voulais pas faire un truc qui ressemble à Set&Match. En solo, ça n’aurait servi à rien. Il y’avait des thèmes que j’aurais aimé aborder dans Set&Match et que je ne pouvais pas forcément faire car très personnels. Dans mon prochain projet, il y aura beaucoup de trucs perso’ sur le fait de se dépasser, de se mettre à fond dans quelque chose.” Une métaphore de tuer les frères en quelques sortes.

Jeu, set et match

Quelques fois, il faut savoir couper le cordon. Pour cette carrière solo, Faktiss aurait pu s’appuyer sur la structure Set&quipe qui gère le groupe. Mais la volonté de Neto – l’homme qui se tapit derrière Faktiss – est de faire table rase du passé. Pas par haine ou rancœur, juste pour se redécouvrir soi-même et ne devoir compter que sur lui. Un travail fastidieux qui le mène à devoir accumuler les responsabilités d’attaché de presse, de communicant, et d’artiste : “comme je reviens seul, je redémarre seul. Donc tout repart à zéro. J’ai un petit tourneur, Based Mtp, qui sont des potes mais c’est tout. Pour le reste, je me débrouille pour tout. Je cherche mes propres prod’. Je fais des appels d’offres sur Facebook !”.

Normal

Moyen

Grand

image de l'article Faktiss, entre ombre et lumière

Dans un univers musical comme le rap où les projets fleurissent comme les cerisiers au printemps, il ne s’agit plus de simplement bien rapper, il faut aussi se démarquer visuellement. Une vision du game que n’édulcore pas Faktiss : “Pour le clip POV, c’est Lucas Bidard de Mer Noire production qui réalise. On a une sorte de deal entre lui et moi : il réalise le clip avec ses idées et il expose son travail. Et moi, ça me permet d’avoir un clip pour défendre ma musique. C’est aussi ça être en autodidacte, il faut se débrouiller, mais ça pousse à être créatif”.

“Le réalisateur et un pote me tenaient derrière pour que j’évite les poteaux”

Le résultat est prenant : Faktiss n’apparaît qu’au début du clip pour planter le décor, celui d’une soirée de routine entre potes qui fument et boivent un peu trop en sillonnant les rues d’une ville. Puis, au fur et à mesure que l’ivresse s’empare d’eux, le spectateur est transposé en Faktiss et la sensation de tituber comme lui émerge. Un réalisme pas si étonnant que ça : “Dans le clip, Je suis vraiment foncedé. Pour coller à l’idée de départ, je me suis vraiment baladé avec une caméra fixée sur la tête après avoir picolé avec mon pote. On s’est acheté une bouteille de rhum et une bouteille de Jagger et on les a bu pendant qu’on tournait le clip. Un moment, entre les deux morceaux du clip, il y a un interlude où je rentre chez moi et je tangue dans la rue. Et bien c’est pour de vrai ! Le réalisateur et un pote me tenaient derrière pour que j’évite les poteaux.” Alors oui, c’est vrai, l’alcool ce n’est pas bien, patati, patata. Mais tant qu’à raconter des histoires, autant qu’elles détiennent une part de vérité. Des clips avec des boules qui se dandinent, des voitures de luxe en loc’ et des armes factices, on en a à la pelle et on sature.

Faktiss - POV


Made in Brasil

En s’appelant Faktiss, Neto ne s’est pas facilité la chose pour parler de crédibilité. Une forme de bipolarité entre celui qui crache le feu au micro et celui qui existe hors scène. Son rap, il le définit comme “un truc plutôt honnête, franc”. Il pèse ses mots pour être parfaitement audible : “Il y a pas mal de remises en question, une forme d’autocritique. J’ai voulu représenter le sentiment universel. En racontant ma vie, mes histoires peuvent toucher des gens parce qu’ils ont des histoires qui ressemblent aux miennes et même si les miennes sont personnelles, beaucoup de gens peuvent s’identifier.”

La France, il dit y être “arrivé comme un immigré”

À défaut d’être bipolaire, Faktiss est binationaux. Comprendre Franco-Brésilien. Il est né à Belém, ville de plus d’un million d’âmes au Nord du Brésil. Ville portuaire située à 100 bornes de l’océan Atlantique, Belém est la capitale de l’État du Pará, à 1h30 d’avion de la Guyane Française. Après avoir grandi jusqu'à ses 6 ans au Brésil, il atterrit à Cayenne pendant deux années puis, un long courrier plus tard, à Montpellier. De ces 8 années de l’autre côté de l’océan, il en conserve une éducation “dure, disciplinée, stricte” avec un respect pour sa mère qu’il qualifie d’ “énorme”. Il se souvient aussi d’une atmosphère de fête qui entourait la maison familiale : “Ma mère a un côté bonne sœur qui ouvre sa maison aux autres donc j’ai vu passer beaucoup de gens qui dansaient et chantaient chez moi. Ça allait de Céline Dion à la samba en passant par la bossa nova”.

Normal

Moyen

Grand

image de l'article Faktiss, entre ombre et lumière

La France, il dit y être “arrivé comme un immigré”, mais il surligne la “fierté” d’avoir acquis la nationalité française. Puis, vient la vie à Montpellier et le désir de s’intégrer. Inconsciemment, il refreine son côté brésilien pendant son adolescence. Il confie même se “réapproprier sa culture d’origine seulement depuis quelques années”.

Ensuite, viendra l’aventure Set&Match. Au début, c’est l’histoire de quatre larrons. Bunk, Jiddy, Faktiss et Spaaz (Orphée Noir). Ce dernier se souvient : “La naissance du groupe c’est un mélange de connaissances de chacun. Je connaissais Jiddy car on s’était rencontré dans des sélections régionales de basket. Et à l’époque, j’habitais en coloc avec Bunk. Ensuite, Bunk a contacté Faktiss car il avait posé des sons sur Myspace. Et ça tombait bien, car Faktiss et Jiddy se connaissaient de longue date. Puis, un soir, Faktiss a proposé le nom de Set&Match et l’aventure a commencé.” Comme quoi, comme dirait Edouard Baer dans Asterix et Obelix Mission Cléopâtre, la vie c’est avant tout des rencontres.

Set&Match - O'High


Par la suite, Spaaz se mettra en retrait pour suivre ses études et le groupe vivra ensemble sept années de scène et de joie mais aussi d’efforts et de sacrifices. Comme cette anecdote que raconte Faktiss : “Au début de Set&Match, il m’est arrivé de bosser la journée à Majestic (célèbre magasin de fringues montpelliérain), de finir à 19h le taf le vendredi, de choper un train dans la foulée pour Paris pour aller jouer au Moulin Rouge sous les coups de 4 heures du mat’ et de reprendre un train le samedi matin dans la foulée du concert pour rentrer à Montpellier et faire ma journée de taf”. Une certaine idée des trois 8.

Une nouvelle page

Pour nourrir ses influences, Neto ne s’est pas vraiment buté au rap hexagonal. Il évoque un souvenir sur Le Mouv où il est “passé au travers d’un quizz spécial rap céfran”, car l’homme serait plutôt un nostalgique de “Outkast, Snoop Dogg, Anthony Hamilton, Fabulous”. Il dit aussi écouter énormément de R’n’B et cite Xavier Omar comme son coup de cœur du moment. En dehors de la musique, Faktiss est ce que l’on pourrait appeler un geek cinéphile. Verbatim : “J’adore les films et les séries. Pendant deux, trois ans, tous les soirs je me matais au moins trois films. J’adore un mec comme Guy Ritchie, par exemple. Revolver, c’est un putain de film. Mister Nobody aussi. J’ai bien aimé les derniers Dolan. Split, que je viens d’aller voir au cinéma, est super bien joué. Le jeu d’acteur de James McAvoy est fou dans ce film. Il a une énorme capacité à jouer des personnages différents”.

En plus de se confronter, comme tout rappeur, à l’exercice de la page blanche et de l’écriture, Faktiss est lui-même devenu une page blanche sur laquelle on écrit et dessine. En effet, son corps abrite pas moins de 23 tatouages. Derrière un certain effet de mode qu’il concède pour ses premiers tatouages, se cachent de nombreuses histoires enfouies en lui. Sur son bras droit, il affiche une caricature de son père en Mickael Jackson. Un père qu’il a perdu il y a quelques années. À côté d’une de ses veines du bras, il a fait tatoué un O+ comme ça, dit-il “je pourrais donner mon sang s’il m’arrive quelque chose car je suis donneur universel”. Il a aussi un daruma de tatoué. L’explication du pourquoi est assez limpide : “Le daruma est une petite poupée japonaise qui tient debout toute seule car elle est aimantée. Dans la culture japonaise, elle est utilisée pour se fixer des objectifs. Au fur et à mesure que tu réalises des objectifs, tu dessines dessus. Et si un jour tu doutes, que tu es énervé et que tu tapes dans le daruma, il va être ébranlé, mais il va revenir droit car il est aimanté. Le message derrière ça, c’est de ne jamais lâcher, même si c’est dur.” Il se tatoue aussi des traits de bagnard pour chacune des femmes qu’il a aimé. Sans oublier l’un de ses premiers tatouages, le test de Rorschach imprégné sur son bras : “C’est l’un des premiers. C’est limite grâce à ça qu’on me reconnaît dans la rue”, ponctue t-il en riant.

Faktiss - Cowboy


À l’approche de la trentaine – il en a 28 – Faktiss traîne ses guêtres dans le rap français depuis plus de 10 ans. Mais se retrouver seul en piste est quelque chose de nouveau pour lui. Pas étonnant que celui qui doit maintenant monter solo sur scène, ait choisi de commencer dans un univers plus calfeutré, comme si la lumière du succès ne lui appartenait pas encore vraiment. Preuve, s’il en fallait une, sa nouvelle coupe de cheveux qu’il arbore depuis qu’il est seul. Finit la boule à zéro des années Set&Match, place à une longue crinière bouclée qui entoure son visage. Une technique de camouflage supplémentaire pour un homme tapis dans l’ombre, prêt à faire son trou.

Normal

Moyen

Grand

image de l'article Faktiss, entre ombre et lumière

Écrit par JONAS FOUREAUX

Crédits photo : williamk

Plus de contenu

  • Articles

  • Vidéos

  • Musiques

image de l'article Kohndo gagnant

Kohndo gagnant

“Pour ceux qui doutent, demain le jour se lèvera”. Dans l’intro de son morceau Demain, le jour issu de son album Intra-muros, Kohndo peint, d’un optimisme rassurant, la vision d’un monde où à chaque jour suffit sa peine et où demain ne peut être que meilleur. Rien d’étonnant que ces mots simples émanent de la bouche d’un rappeur qui mesure pleinement le plaisir de vivre de son art et qui affirme “ne jamais se retourner sur le passé”. De passage à l’Antirouille, il y a une semaine, nous avons parlé de La Cliqua, de pe-ra français et US et de son dernier album. Portrait de l’un des derniers dinosaures du rap français. 

image de profil de JonasFoureaux

Par JonasFoureaux le 06 mars 2017

image de l'article Monsieur BMX

Monsieur BMX

Le street artist montpelliérain, qui orne depuis plusieurs années le paysage urbain de ses BMX, nous a confié sa passion pour les slips et les karaokés, entre autres vices...

image de profil de JonasFoureaux

Par JonasFoureaux le 25 avril 2017

image de l'article La faune du MTP zoo

La faune du MTP zoo

Le Lunaret n’est, en réalité, pas le seul zoo présent dans la ville de MTP. Une animalerie à ciel ouvert se développe tous les jours sous vos yeux, d’ailleurs vous en faites surement partie à votre insu. L’Écusson regorge d’animaux qui ne sont pas toujours visibles à première vue, mais que vous ne pourrez plus ignorer suite à cette étude éthologique. Tour d’horizon de cette sympathique faune.

image de profil de Boulawan

Par Boulawan le 05 janvier 2015

image de l'article Né quelque part : rencontre avec Tewfik Jallab

Né quelque part : rencontre avec Tewfik Jallab

L'équipe de "Né quelque part" venue faire une pause journaleuse au Jardin des sens le 29 mai 2013. Un film co-écrit et réalisé par le talentueux Mohamed Hamidi qui traite de la crise identitaire et de la transmission des racines, et qui boucle la boucle en titillant aussi la question de l'immigration clandestine...

image de profil de JonasFoureaux

Par JonasFoureaux le 18 juin 2013

image de l'article Des amis de 30 ans

Des amis de 30 ans

Reportage - Le 1er juin le cinéma Le Diagonal soufflait ses 30 bougies au parc Montcalm de Montpellier.

image de profil de Boulawan

Par Boulawan le 14 juin 2013

image de l'article Patrice : l’éternelle renaissance

Patrice : l’éternelle renaissance

Ambassadeurs de bonne volonté d'Unicef, Patrice et Oxmo Puccino rendaient visite aux bénévoles montpelliérains le 24 octobre 2013. Le soir, ils étaient sur la scène du Rockstore pour boucler la tournée Orange Rock Corps.

image de profil de Boulawan

Par Boulawan le 22 novembre 2013

image de l'article Meche : Disco or Not #2

Meche : Disco or Not #2

Meche reprend  du service avec sa mixtape chaloupante et inspirée French Touch

image de profil de Meche

Par Meche le 22 octobre 2014

Réduire

  • Tarif

  • Adresse

5 minutes de lecture

image de profil de JonasFoureaux

Par JonasFoureaux

date name = 23 mai 2017
antidate = 2017-05-23